La Filière Transport résiste bien face à la crise actuelle

L’année 2020 marquera à jamais la filière Transport. Heureusement loin de l’image du phénix renaissant de ses cendres, la filière préfère compter sur la résilience (et quelques coups de pouce du gouvernement) pour montrer qu’elle résiste et traverse les périodes de challenges liés aux crises économiques, aux crises sanitaires et aux bouleversements technologiques et normatifs.

Deux  illustrations bien concrètes résument parfaitement la situation actuelle de la filière Transport.

 

La course à l'électrification

 

La course à l’électrification, accélérée par la pénurie internationale de puces électroniques, menace la production automobile mondiale. A court terme pour ses commandes de pièces, mais surtout à long terme sur sa capacité à faire face à des catastrophes industrielles potentielles en chaine.

  • Les évènements sismiques, puis accidentels, qui ont touché par deux fois l’usine de Renesas Electronics au pays du Soleil Levant,
  • Puis, les événements climatiques au Texas qui ont touché les usines de composants électroniques comme Samsung, et le tout en très peu de temps d’intervalle,

ont laissé les OEMs (Original Equipement Manufacturer) sans possibilité de s’approvisionner et ont dû revoir leur stratégies de production.

Dans un contexte d’électrification massive du parc roulant, les entreprises ont réagi pour ne plus dépendre des gros fournisseurs. Ainsi, elles ont développé des partenariats, des joint-ventures ou des co-entreprises

  • à l’image de Saft et PSA-Opel, via leur co-entreprise Automotive Cells Company (ACC). Celle-ci ouvrira ses lignes dès 2023.
  • ou à celle de Verkor, soutenue par le Groupe Schneider. Elle veut s’inspirer du modèle suédois Northvolt pour continuer la lancée de la France. Cocorico !

 

La filière transport : les projets d'usines de batteries

 

Percevoir cette ambition de rester dans la course, et voir cette déferlante de Gigafactories en Europe, poussée par le désir d’innovation pour dépasser les limites technologies, ne peut faire que des émules. Cette conduite du changement s’observe même outre atlantique, quand Elon Musk choisit de bouder la Silicon Valley pour installer en terre texane (Austin) sa première Terafactory en vue de produire plus de 1000 Gigawatt/heure de capacité de batteries. Sky is the limit !

 

Décarbonation du parc roulant

 

La deuxième illustration des bouleversements qui animent notre filière va plus loin que l’électrification de masse. En effet, elle porte sur la décarbonation du parc roulant. La prise de conscience écologique marquée notamment par le Protocole de Kyoto en 1995 s’est répandue dans tous les secteurs. Mais le DieselGate a jeté le doute sur les manières de tester les véhicules sur leurs émissions polluantes.

Résultat : pour le cas de l’Europe, de nouvelles normes relatives aux émissions de CO2 des voitures & véhicules utilitaires légers sont entrées en application le 1er janvier 2020. Elles contribuent désormais à la réalisation des objectifs de l'UE en matière de développement durable et de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Désormais un seul objectif : le véhicule zéro émission (VZE).

 

Des alternatives pour la filière transport

Les voitures électriques sont bien placées, mais d’autres technologies concurrentes sont présentes :

  • Les voitures à pile hydrogène

    Bien qu’ayant toujours quelques difficultés à percer, les voitures à pile hydrogène se pressentent comme une technologie d’avenir. À la différence des voitures électriques, c’est à une pile à combustible qu’on doit l’énergie qui propulse leurs répondants à hydrogène. Celui-ci est disponible dans le réservoir de la voiture. Il lui reste à se combiner à l’oxygène de l’air pour créer une réaction chimique, qui génère l’énergie utile à la motorisation.

  • Les voitures hybrides rechargeables

    Considérées comme des VZE par la présence d’un dispositif électrique, elles permettent de réduire le recours au mode thermique. Dans cette logique, il est plus convenable de parler de véhicule à émission zéro partielle pour cette deuxième catégorie.

 

Des motorisations alternatives

Les autres motorisations, « full hybrid », « mild hybrid », ont encore un moteur thermique bien présent. Mais ce ne sont pas les seules technologies thermiques qui cherchent à se décarboner. En effet, les moteurs gaz consommant du gaz naturel, du biogaz (méthane notamment) ou encore de l’ammoniac liquide semblent faire leur retour pour décarboner les transports off-road ou maritimes.

 

La Filière Transport résiste bien face à la crise actuelle par ABGIDensité énergétique de quelques produits (solides, liquides ou gazeux) [2]

 

L’idée ici est de souligner que le 100% zéro émission est une utopie à court terme. Malgré les nombreux efforts que font les industriels, et nous en sommes témoins, il faudra encore composer avec un mix énergétique intelligent dont le prix et les usages finiront par rendre ce doux rêve accessible.

 

La filière transport résiste bien face à la crise actuelle 2

Représentation d’un mix énergétique à horizon 2050 pour un camion light duty [3]

Pour terminer cet article, je reprends les mots de Mr Frédéric CHARON, président de la Société des Ingénieurs de l’Automobile,

[…] L’industrie automobile est contrainte à réinventer à un rythme accéléré et de manière simultanée des marchés, des technologies et des modes de production patiemment optimisés sur plus d’un siècle. Si c’est plus que jamais sur les ingénieurs que repose la réussite de cette transformation, leurs missions sont transfigurées par ce nouveau paysage. Ils doivent à la fois intégrer des technologies exogènes, des nouveaux modes de développement et des contraintes inédites de signature environnementale […].

Je partage ce constat, et cette certitude que c’est sur ses esprits pleins d’idées que la filière transport On-Road et Off-Road reprendra sa capacité de révolution, grâce à sa résilience.

 

La Filière Transport résiste bien face à la crise actuelle 3

 

Pierre MARRION
Consultant Senior - Financement de l'Innovation
Expert Automobile et Énergie

 

 

Bibliographie

[1] Marc-Antoine EYL-MAZZEGA, Carole MATHIEU, Eloïse COUFFON. Le pari de la mobilité routière propre en Europe : état des lieux, stratégies et perspectives post COVID-19. Études de l'Ifri, Octobre 2020.

[2] Huguette TIEGNA, députée, Stéphane PIEDNOIR, sénateur. Les scénarios technologiques permettant d’atteindre l’objectif d’un arrêt de la commercialisation des véhicules thermiques en 2040. Synthèse du rapport réalisé au nom de l'Office Parlementaire d’Évaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST). Mars 2019.

[3] Aurore RICHEL. L’ammoniac liquide : un carburant vert pour le secteur du transport ? Article chem4us.be, Energies. Actualités. Septembre 2020.

[4] Marc LEJEUNE, Renault Trucks. DECARBONIZED POWERTRAINS FOR ROAD FREIGHT. CNAM / SIA Conference « Rational Use of Energy ». 2021 March 9th.

[5] Frédéric CHARON, Président SIA. Edito Revue « Ingénieurs de l'Auto N°870 ». Mars 2021.

 

Lectures associées

Plan de Relance focus automobile

L’innovation Wettoncraft : le bateau amphibie ultra-transportable

Contact

Vous souhaitez des informations complémentaires, être contacté par un de nos experts ou convenir d’un rendez-vous.