Vous avez dit innovation ?

Vous avez dit innovation ? 1
  • Innovation -
  • innover -
  • inventer -
  • open innovation

Publié le 9 juillet 2020

Souvent, le terme innovation est utilisé à mauvais escient.  Cet article a pour intérêt de redonner quelques informations autour de l’innovation. En fait, l’essentiel pour faire la différence entre innover et inventer.

Innover

 

Innover, c’est mettre en oeuvre un service ou développer un produit avec un nouveau procédé.

L’OCDE définit l’innovation comme

« l’ensemble des démarches scientifiques, technologiques, organisationnelles, financières et commerciales qui aboutissent, ou sont censées aboutir, à la réalisation de produits ou procédés technologiquement nouveaux ou améliorés. »

Dans l’entreprise, innover peut être lié à une nouvelle pratique ou à une nouvelle organisation. De plus en plus d’entreprises mobilisent leurs salariés et leur communauté de clients pour innover. Nous vous présentons quelques success stories d’innovations en entreprises.

 

Lego : le roi de l’Open innovation

Lego est sans doute l’entreprise qui est allée le plus loin en matière d’Open innovation. En effet, Lego a lancé de nombreux programmes pour faire participer, de façon plus ou moins directe, ses fans à l’évolution des produits. Après tout, le consommateur n’est il pas le mieux placé pour créer de nouveaux produits en adéquation avec ses besoins ou ses envies ?

A lire : Comment Lego réussit-il à rester innovante ?

 

Les Orange Fab

Nouer des partenariats fait partie de l’ADN du premier opérateur Télécom français depuis longtemps. Orange multiplie donc en interne les opérations d’innovation participative via son réseau social d’entreprise.

A découvrir : Orange dédit son blog Hello Future à l’innovation et à la recherche

Vous avez dit innovation ?

 

Une innovation peut être graduelle :  ajuster, adapter, améliorer, développer. Il existe  4 types d’innovation

  • tout d’abord, l’innovation incrémentale : amélioration d’un produit ou d’un service sur un marché déjà mature.
  • ou l’innovation adjacente (intégration d’un produit ou d’une technologie déjà existante et provenant d’un autre marché.
  • et encore l’innovation de rupture : proposition d’un produit ou d’un service déjà existant à un coût inférieur et bénéficiant d’une utilisation simplifiée.
  • enfin, l’innovation radicale  : lancement d’un tout nouveau produit et création d’un nouveau marché qui ne répond à aucune problématique existante.

C’est aujourd’hui la principale classification utilisée dans les entreprises.

 

Inventer

 

Inventer, c’est créer. La création fait suite à tout un processus de recherche, de travail et souvent de fabrication de prototypes. Elle peut se décliner sous plusieurs formes, comme un nouvel objet, un nouveau procédé ou un nouveau système d’exploitation.  Citons quelques exemples d’inventions ou de modèles d’entreprises.

 

Le microscope, l’invention la plus utile ?

 

Le microscope est une des inventions qui a permis le plus de découvertes importantes. En effet, le microscope a permis la découverte de la division cellulaire, des agents pathogènes à l’origine des premiers vaccins, ou encore des bacilles de la lèpre et de la tuberculose.

 

La créativité chez les Gafam

 

Dans les Echos de cette semaine, Emmanuel Grasland évoque la complexité des grandes entreprises à rester innovantes et agiles. Il se réfère au livre de Alex Kantrowitz « Always Day  One » dans lequel il analyse les méthodes internes des Google, Facebook, Microsoft, Amazon etc . En effet, pour conserver un esprit de start-up et combattre l’inertie propre aux grandes structures, elles mobilisent leurs salariés les plus créatifs.  Alex Kantrowitz montre que les dirigeants des Gafam se voient plus en « facilitateurs d’idées » qu’en visionnaires. Il s’agit pour eux d’avoir l’organisation la plus efficace pour favoriser la créativité de leurs ingénieurs.

A lire : Les Echos du 8 juillet 2020 

 

Pour protéger son innovation, il faut déposer un brevet. Savez-vous que vous avez un monopole de 20 ans ?

 

Le dépôt d’un brevet auprès de l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) permet de protéger une invention. La personne qui dépose un brevet bénéficie du monopole d’exploitation d’une durée maximum de 20 ans, en payant les redevances annuelles de maintien en vigueur. Dans le cadre d’une innovation portée par un salarié, quelques règles spécifiques s’appliquent.

Le Code de la Propriété Intellectuelle encadre le régime des inventions de salariés. Deux conditions doivent être réunies pour que ce régime s’applique :

  • L’inventeur doit avoir le statut de salarié (excluant stagiaires, prestataires, fournisseurs et partenaires) pour bénéficier d’une rétribution supplémentaire (obligatoire) versée par l’entreprise.
  • L’invention doit être brevetable (solution technique nouvelle, qui relève d’une activité inventive et permet une application industrielle). Avec une exclusion : les découvertes, théories scientifiques, méthodes mathématiques, méthodes intellectuelles ou commerciales, créations esthétiques et présentations d’informations.

Ainsi, dès lors que l’activité d’une personne au sein de l’entreprise est encadrée par un contrat de travail, et que cette personne estime que son invention est brevetable, celle-ci dispose alors d’un droit à une rémunération supplémentaire.

 

Innover n’est pas inventer

 

N’est pas Steve Jobs qui veut !
Si la France est réputée pour ces inventions, elle est certainement moins agile pour innover. Et contrairement aux idées reçues, c’est bien l’innovation qui assure la croissance des entreprises. Observons les utilisateurs. Ce sont eux qui permettent de démultiplier les capacités d’innovation durable des entreprises.

Retour en haut

Contact

Vous souhaitez des informations complémentaires, être contacté par un de nos experts ou convenir d’un rendez-vous.

Contactez-nous